François Jarlov, graphisme

Du dessin à l'illustration...
(extrait de l'article paru dans le journal Passion Vietnam)
 
 
Il y a des rêves que l'on fait enfant et qui, parfois inconsciemment, orientent le cheminement de notre vie.
Celui de voyager, d'écrire et de dessiner m'est venu très tôt,
et j'aurais donné n'importe quoi pour m'envoler à l'autre bout du monde et découvrir ces rivages lointains…
L'étude de la céramique et du dessin ne m'a pas permis tout de suite de beaucoup bouger.
Il m'a fallut des années avant de connaître l'Asie par les expositions auxquelles je participais.
C'est au retour du Japon en 1998 qu'une amie française m'a invité à faire une halte à Hanoi.
C'était sur la route disait-elle…La rencontre avec le Directeur de l'Alliance française a donné naissance
au projet d'aide technique pour la création d'un département céramique à l'Ecole de beaux-Arts de Hanoi.
A cette époque l'Ecole de beaux-Arts se trouvait juste à côté de l'Alliance française rue Pho Yet Kieu.
Après avoir donné les cours de céramique au fil de quelques semaines,
je ne me lassais pas de parcourir les rues des trente six corporations du vieux quartier.
De croquis en aquarelles, le Vietnam me poussait de plus en plus à reprendre mes pinceaux et crayons.
Comme disait Paul Klee ; dessiner est au fond très proche de l'écriture…
Peu à peu l'idée de collecter ce que l'on me racontait puis d'illustrer ces histoires, prenait forme,
et les premières pages du livre commencèrent à se bousculer sur ma table de travail...
 
 
 
 
Tous les moyens me sont bons : crayons, aquarelles, pastels, stylo, doigts…
Je recommence beaucoup de fois, jusqu'à ce que cela me plaise. J'ai souvent travaillé dans la chambre d'hôtel.
Il me faut du calme et du temps. Ce qui est impossible dans la rue. Le papier Do a été une véritable révélation.
Je l'aime surtout pour les portraits. Cela donne une texture tellement soyeuse. Par contre, hors de question de gommer !
 
C'est plus fort que moi : j'aime la beauté, les visages, les regards, les sourires à peine masqués par la retenue d'une pose.
Je l'ai souvent trouvée dans sa simplicité au détour d'un portrait.
Sans fard, sans rouge à lèvre, coiffée de fils de soie noire aux reflets d'argent.
 
 
 
Copyright François Jarlov, Rivages Lointains.
Illustartions "Sous le signe du dragon Bleu", "Le pont flottant des rêves".
 

 Page d'accueil
 

 Site rivageslointains.com